20 août 2008

Comment peut-on se faire avorter illégalement au Canada?

Les féministes créent de l'hystérie autour du projet de loi C-484, qui reconnaîtrait la mort d'un enfant non-né comme une victime de crime, lorsqu'il y a un crime commis contre la mère. Selon Sisyphe:

L’assassin d’une femme enceinte serait accusé de double meurtre. Les groupes de défense des droits des femmes craignent que la loi ne serve aussi à porter des accusations contre les femmes qui se font avorter illégalement, pour avoir causé du tort à leur « enfant non encore né ».


Compte tenu du fait qu'il n'existe aucune loi au Canada qui interdit l'avortement, comment peut une femme "avorter illégalement"? Le projet de loi exclut tout avortemetn et tout crime de poursuite judiciaire. C'est impossible que la femme soit coupable de quoi que ce soit.

Les adversaires du projet de loi jugent inutile la création de cette nouvelle infraction et font valoir que l’article 718.2 du Code criminel permet déjà aux juges d’imposer une peine plus lourde en raison de circonstances aggravantes (comme le meurtre d’un fœtus).


Pourtant, certains s'opposent au projet de loi C-543, qui cherche à punir plus sévèrement les crimes contre les femmes enceintes.

Ce qu'on veut criminaliser c'est faire perdre le foetus. J'ai l'impression que les féministes font semblant que ce n'est pas ça le but, ou bien que ça se ne peut pas qu'une femme "perd" un foetus. Elles font semblant que lorsqu'une femme enceinte est tuée, il y a juste un corps, une victime, un homicide.

À leur avis, il s’agit d’un simple prétexte pour introduire en catimini le terme « enfant non encore né » dans le Code criminel , afin de pouvoir par la suite contester le droit à l’avortement en invoquant la Charte. Partout dans le projet de loi, le mot « fœtus » est remplacé par « enfant non encore né », et le terme « femme enceinte », par « mère ».


"Enfant non encore né" est le terme légal approprié et il existe déjà dans le Code criminel. Si on le remplaçait avec "foetus" on pourrait exclure la perte d'embryons. L'enfant non encore né devient un foetus seulement à la 8e semaine de gestation.

Le Collège des médecins du Québec s’est prononcé contre les quatre projets de loi. Il craint qu’en criminalisant l’avortement, on ne fasse des médecins des criminels. Le docteur Yves Robert, secrétaire du Collège, a écrit aux quatre partis pour les exhorter à rejeter ces projets de loi.


C'est simple. On ne criminalise pas l'avortement.

Les féministes ne veulent pas reconnaître la valeur de l'enfant non-né. Pourtant, le gouvernement du Québec le fait déjà avec sa nouvelle politique de périnatalité.

« Il y a déjà une définition dans le Code criminel d’un enfant, a signalé le Dr Robert. Un enfant, c’est une personne depuis le moment de sa naissance jusqu’à l’âge adulte ».


Oui, mais la loi reconnaît l'existence de l'enfant non-encore né. Il devient un être humain au moment de la naissance, selon la section 223 du code criminel.

Aucun commentaire: